Visiter Borobudur sur l’île de Java au lever du soleil

Toutes les infos à savoir avant de visiter Borobudur au lever de soleil ou à n’importe quelle heure de la journée: localisation, prix, meilleurs horaires, où dormir.

Avec le recul, lorsque je pense à Java, il y a trois images qui me viennent à l’esprit : Borobudur, Bromo et le vert des rizières. Le Borobudur d’abord, parce que le lever de soleil est simplement magique avec la vue de ces stupas en pierre noire sur fond de jungle tropicale et à l’horizon le volcan Mérapi, et le ciel changeant mille nuances d’orange. Et coté sonore, on entend les oiseaux se réveiller et l’appel à la prière, Java étant majoritairement musulmane.

Le temple de Borobudur, le plus grand monument bouddhique du monde, a été construit non loin du volcan Merapi, entre 750 et 850, à la croisée de deux vallées arrosées par les rivières Progo et Elo. Avec les tempes d’Angkor au Cambodge et ceux de Bagan en Birmanie, Borodubur est un des sites bouddhistes majeurs en Asie du Sud-Est.

Avec le déclin du bouddhisme et le déplacement du pouvoir à l’est de Java, Borobudur fut abandonné et oublié pendant des siècles, enterré sous des couches de cendres volcaniques. Le site a été redécouvert au début du XIXème siècle, mais il a été rénové seulement dans les années 80 (1973 à 1983), grâce à l’UNESCO qui a entrepris de sauver le monument. Enfin, Borobudur est inscrit depuis 1991 au Patrimoine mondial de l’humanité. Il est malgré tout toujours menacé par la proximité du Mérapi, le volcan le plus actif d’Indonésie et par les touristes pas toujours respectueux.

Stupéfié par la splendeur du lieu, l’écrivain et diplomate français, Elie Faure, écrivait il y a presque un siècle à propos de Borobudur : « C’est d’ailleurs au moment de la grande époque bouddhiste que la sculpture hindoue changea la forme des montagnes ».

Et on comprend ses propos lorsqu’on est arrivé au sommet de cette montagne sacrée forgée par les humains.

Parlons justement de la visite que nous avons fait aux aurores! Il faut être à l’entrée du site à 4h30, la visite commence dans le noir complet, à la lueur des lampes de poches, mais on est vite récompensé pour l’effort: assister au lever du soleil et voir les couleurs changeantes du matin avec les silhouettes des stupas sur fond de brume, c’est simplement magique et c’est le moment qui nous a marqué le plus lors de notre voyage en Indonésie. Cerise sur le gâteau, il n’y a pas beaucoup de monde (faut garder à l’esprit que Borobudur est le site le plus visité d’Indonésie).

Le plus fascinant c’est de voir la jungle autour du temple émerger de la brume matinale, ainsi que les stupas de la terrasse supérieure. Assez rapidement, Borobudur dévoile ses secrets et sort de la nuit et on découvre enfin la splendeur du temple, avec les stupas et les bouddhas qui ornent les niveaux supérieurs et la dernière plate-forme, circulaire qui symbolise le nirvana.

Spiritualité

Le sanctuaire prend la forme d’un mandala géant, symbolisant le cosmos selon la philosophie du bouddhisme du Grand Véhicule, et son ascension est supposée guider le pèlerin dans son cheminement vers la délivrance (nirvana). Au cours de l’escalade, d’impressionnantes gargouilles, en forme de monstres sculptés, veillent au bon déroulement de l’ascension.

Lorsqu’on arrive sur les terrasses supérieures, on est soudainement côtoyé par ces 72 stupas creux, en forme de cloche et aux parois ajourées de losanges, renfermant chacun une statue de Bouddha en train de méditer. Une position qui représente aussi la nature fourbe du monde environnant.

Borobudur est aussi un lieu de pèlerinage bouddhiste et chaque année durant la pleine lune en mai ou en juin, les bouddhistes indonésiens célèbrent le Vesak (Waisak). Ce jour est la commémoration à la fois de la naissance, de la mort et du moment où Siddhartha Gautama atteignit la plus haute sagesse pour devenir le Bouddha Shakyamuni.

Il semblerait que le nom de Borobudur dérive du sanscrit « vihara Buddha uhr » qui signifie « le monastère bouddhique sur la colline ».

Histoire

Le Temple de Borobudur (ou  Candi Borobudur en indonésien), est le plus grand monument bouddhiste au monde et a été érigé entre 750 et 850 par Smaragunta, un souverain de la dynastie Sailendra qui a régné sur l’île de Java du VIe au Xe siècle. Un siècle après la construction, soit vers l’an 950, il fut abandonné comme la plupart des monuments qui se trouvaient dans le centre de l’île de Java. Par la suite, l’éruption du Merapi ainsi que la jungle environnante ont dissimulé le temple qui fut complètement oublié pendant des siècles.

Ce n’est qu’au XIXe siècle que Borobudur fut redécouvert par le gouverneur général de l’île, Sir Thomas Stamford Raffles. Ce dernier, qui était un grand passionné de l’histoire de Java, fut informé de la présence d’un grand monument enseveli dans la jungle près du village de Bumisegoro. Sir Raffles réalisera en 1815 une gravure du temple et en 1873 paraîtra la première photographie du monument.

Après une première campagne de restauration effectuée à la fin du XIXe siècle, dirigée par Theodor van Erp, la véritable renaissance du site est due à la campagne de restauration menée par l’Unesco, sur une dizaine d’années à partir du milieu des années 1970. C’est en 1991 que le site sera officiellement inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

Architecture

A la fois un stupa et, vu du ciel, un mandala, le monument forme un carré d’environ 113 mètres de côté avec, à chaque point cardinal, une partie en saillie accompagnée aux quatre angles par une partie en retrait.

Borobudur est construit sur trois niveaux : une base pyramidale comprenant cinq terrasses carrées concentriques, surmontée d’un tronc de cône (trois plate-formes circulaires) et couronnée d’un stupa monumental. Les galeries sont couvertes de bas-reliefs taillés in situ dans de la pierre volcanique grise (environ 5 km de longueur), relatant les divers épisodes de la vie du bouddha Sakyamuni et sur les plate-formes circulaires il y 72 stupas abritant autant de statues du Bouddha.

Surplombant la région avec ses 1.600.000 blocs de pierres volcaniques, ce temple majestueux est aussi le parfait endroit pour contempler le volcan Merapi au loin, toujours en activité.

Comment s’y rendre ?

Borobudur est facilement accessible depuis la ville de Yogyakarta.

  • En bus

Depuis la gare routière de Yogyakarta, il faut vous rendre au terminal de bus de Jombor (bus 2B/2A, environ 3 000 roupies), pour ensuite prendre un bus local pour Borobudur. Le trajet vous coûtera environ 20 000 roupies en aller simple. De là, le temple est accessible à pieds.

⚠️ Dernier bus de Borobudur pour Yogyakarta est à 15H00.

Vous pourriez quand même rentrer sur Yogya en bus, en passant par la station de bus de Magelang (des bus toutes les heures).

Et dernière version pour le bus, il y a une ligne directe de l’aéroport Yogyakarta International Airport (YIA) pour Borobudur ou la ville de Magelang (voir les bus « DAMRI »).

  • En taxi

Le taxi pour Yogyakarta jusqu’à Borobudur coûte environ 300 000 roupies et le trajet dure 40 minutes.

  • Voiture avec chauffeur

C’est l’option pour laquelle nous avons opté pour pouvoir être à Borobudur avant 4:30 du matin et assister au lever de soleil. C’est notre maison d’hôtes qui a tout organisé.

Nous avons logé à la Sumbing Indah Villa, au milieu des rizières et la villa se trouve à 40 minutes de route du Temple de Borobudur et à une heure en voiture du centre de Yogyakarta.

  • Aéroports les plus proches

Semarang (90 km) et Yogyakarta (40 km) sont les deux villes avec des aéroports internationaux les plus proches du site de Borobudur. Des vols internationaux pour Kuala Lumpur et Singapour sont desservies de ces aéroports, mais également des vols internes pour Denpasar (Bali) et Jakarta.

Infos pratiques

Heures d’ouverture du parc : 6h du matin à 17h.

Il y a un billet combiné qui peut s’acheter directement à l’entrée de Prambanan ou de Borobudur. Ça revient moins cher que d’acheter les deux tickets d’entrée séparément ( $45 / personne). Mais ce billet combiné ne vous donne pas accès à Borobudur pour le lever de soleil !

Une tenue « décente » est exigée pour pénétrer les lieux. Si vous êtes en short, on vous fournira gratuitement un sarong.

Vous trouverez toutes les mises à jour sur le site de Borobudur Park, mais à ce jour, février 2021, les prix sont les suivants: $ 25 | Rp 350,000 / adulte (ou enfant de + de 10ans) et $15 / enfant ou étudiant.

Et pour une expérience inoubliable, voir le lever de soleil à Borobudur, il va falloir débourser un peu plus… Il faut passer par la réception de l’hôtel Manohara avant 4H30 qui se trouve à 5 minutes du site. Il faut compter Rp 500 000 / adulte (étrangers), Rp 250 000 / Enfant (6 à 10 ans) et Rp 400 000 (si carte étudiant valide). Pour ce prix là, vous aurez droit au petit déjeuner offert par l’hôtel dans son jardin avec vue sur le temple.

Si vous avez aimé cet article et vous avez envie de découvrir les autres trésors de l’île de Java, je vous invite à lire mon article « Voyage sur l’île de Java en Indonésie: road trip de 4 jours en Java Centre« . Vous trouverez des infos sur les hôtels, sur le temple de Prambanan, la ville de Yogyakarta, les rizières de Magelang, le Bromo.

Quand partir en Indonésie ?

La meilleure période pour visiter l’Indonésie se situe pendant et autour de l’été, de mai à octobre, pendant la saison sèche. Pour éviter les foules de touristes à Bali en juillet-août, préférez les mois de juin et septembre. Nous sommes allés fin août/ début septembre.

Quand voyager en Indonésie ? Source : quandpartir.com
  • Haute saison (juillet – août)

Les touristes sont très nombreux dans l’archipel, de Bali à Sulawesi (Célèbes).
Hausse des tarifs de 50%.
Saison sèche, à l’exception des Moluques et de la Papouasie.

  • Saison intermédiaire (mai, juin, septembre)

Saison sèche, sauf aux Moluques et en Papouasie.
Temps clément à Java, Bali et Lombok (sec et moins humide).

  • Basse saison (octobre à avril)

Saison humide à Java, Bali et Lombok (saison des fleurs à Kalimantan).
Saison sèche aux Moluques et en Papouasie (parfait pour la plongée).
Voyage à moindre coût, inutile de réserver longtemps à l’avance.

Géographie, quelques données 

L’Indonésie est à cheval sur deux continents, elle serpente le long de l’équateur. La  » ligne Wallace  » délimite à l’ouest une partie asiatique et à l’est, une partie plus proche de l’Australie, donc plus aride. 

L’Indonésie compte plus de 17 000 îles après un décompte récent via satellite, dont 3000 sont habitées. C’est le plus grand archipel du monde et est classé 15e, de par sa superficie. D’est en ouest, entre l’océan Pacifique et l’océan Indien, le pays s’étend sur 5 110 km et couvre trois fuseaux horaires.

De la forêt vierge aux paysages arides, des mangroves impénétrables aux volcans, des barrières de corail aux rizières en terrasses, les paysages sont très variés. Et les deux tiers du territoire sont couverts de forêts tropicales. Ces forêts, les troisièmes du monde en superficie après la forêt amazonienne et celle du bassin du Congo, sont progressivement détruites par une exploitation sauvage du bois et le défrichage pour augmenter les espaces cultivables et pour installer des migrants (politique de transmigration). C’est une catastrophe écologique, les orangs-outans ont dû fuir leur habitat, il y a régulièrement des incendies… Bref, ce n’est pas le sujet ici, mais ce que je veux dire, ce que les merveilles que vous allez admirer lors de votre voyage, sont aujourd’hui en danger.

4 commentaires sur « Visiter Borobudur sur l’île de Java au lever du soleil »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :