Australie, échappée dans l’Outback et découverte d’Ayers Rock

On ne peut pas parler de Red Centre et de l’Outback sans parler des aborigènes qui sont les premiers habitants connus du continent australien. Ce peuple arrivé il y a plus de 40 000 ans vit en symbiose avec la terre et toutes ses formes de vie.

La vie spirituelle des Aborigènes est fascinante et semée d’histoires mythiques. Leurs croyances sont cristallisées autour du « Temps du Rêve » qui évoque une période remontant à la naissance de la vie, quand les « Premiers Etres » parcouraient le monde en créant la vie et toutes choses. Le Temps du Rêve est également porteur d’un message pour l’homme qu’il rend responsable de l’ensemble de la communauté des êtres vivants. C’est ce que racontent les mythes aborigènes sur la création de la vie, transmis de génération en génération, depuis des millénaires.

Selon les croyances aborigènes, le monde était autrefois le néant. Les choses et les êtres n’existaient pas, l’univers était immatériel et spirituel : c’était le Temps du Rêve. Baiame, le dieu unique, le créateur, engendre alors les ancêtres. Sous la forme d’êtres humains, d’animaux ou de plantes, ils parcourent le désert et créent le monde en le rêvant. Chaque site qu’ils touchent, qu’ils franchissent, chaque évènement qu’ils vivent, deviendra un mythe et un vers sacré. Le Temps du Rêve se dissipe progressivement et les ancêtres se retirent, mais leur esprit reste toujours présent.

Chaque tribu possède le Rêve de son ancêtre: Kangourou, Emeu, Wallaby, Serpent… Ce Rêve est un sentier bien terre-à-terre, que les membres de la tribu se remémorent en se le transférant par le chant d’anciens à initié.

Chaque étape du sentier est un couplet, chaque site, un vers et chaque évènement vécu par l’ancêtre se trouve dans ce « chant des pistes ». Le chant décrit ainsi la terre sacrée d’un Aborigène. L’anthropologue-écrivain-voyageur anglais, Bruce Chatwin, dans Le chant des pistes, explique : « La totalité de l’Australie pouvait être lue comme une partition musicale […] Une phrase musicale décrivait – par exemple – les déplacements des pieds de l’ancêtre. »

Les peintures rupestres traditionnelles ou modernes, les danses et l’ornement des corps participent également à cette transmission de la connaissance. Tout comme le chant du didgeridoo, instrument de musique traditionnel Aborigène, ils véhiculent à travers les âges le même message de la responsabilité des hommes et de ses droits.

Peinture vue à Art Gallery à Sydney

Passage obligé si vous voulez explorer l’Outback du Territoire du Nord, Alice Springs ou « Alice » comme l’appellent les locaux, est le cœur vivant du Centre Rouge en Australie. Alice est un excellent point de départ pour explorer Uluru, Kata Tjuta, Kings Canyon, les West MacDonnell Ranges ou encore Larapinta Trail, le sable rouge du Simpson Desert et l’incroyable vue des Devils Marbles.

Je suis arrivée à Alice Springs par train, le mythique Ghan depuis Adélaide. Je vous parle de ce voyage en train et d’Alice Springs dans l’article « Australia, le pays continent » .

Je ne sais pas vous, mais les livres que je lis, les films que je visionne et les photos m’inspirent toujours. Et déjà que l’Australie était un rêve d’enfance, cela s’est accentué en lisant les livres de Tamara McKinley et après avoir lu La dernière valse de Matilda et Éclair d’été, je voulais à tout prix découvrir l’Outback.

Mon voyage dans l’Outback australien est un moment qui m’a marqué à jamais. C’est resté dans mes souvenirs comme le plus beau souvenir d’Australie et une des plus belles expériences jamais vécues, voire la plus belle et intense. Quand je pense à cette escapade dans l’Outback aujourd’hui encore j’en ai des frissons! Un escalier vers les étoiles, des peintures rupestres qui s’animent sous les explications d’un ranger aborigène, des piscines naturelles en plein désert, ne sont que quelques-unes des expériences incroyables que l’Outback australien vous réserve.

Premier arrêt et premier contact avec l’Outback, une saline au milieu de la terre rouge! Aveuglante et magnifique en même, cette petite balade en plein désert m’a permis de saisir quelques belles images.

J’ai passé trois jours et deux nuits dans le désert du Red Centre avec un guide de la compagnie Emu Run Experience. Je vois qu’aujourd’hui ils ne proposent plus d’excursions de 3 jours et c’est bien dommage! Le prix que j’avais payé était d’environ $1000 australiens et les entrées aux parcs nationaux, les repas, le logement étaient inclus. Côté pratique, nous étions un petit groupe de 7 personnes, le logement était en camping, en tente ou en swag ( sac de couchage australien intégrant un matelas) à la belle étoile, selon le choix de chacun. Les repas étaient à l’australienne, barbecue donc, et c’est notre guide Ryan qui était aussi le chef. Bon, on lui filait un coup de main pour la vaisselle, au moins ça :). Il préparait aussi des plateaux de fruits chaque fois qu’on finissait un trek et pendant les randonnées il avait toujours des barres céréales ou chocolats pour les petits creux.

Ryan est une vraie encyclopédie sur la région, sa faune et sa flore et les soirées autour d’un feu de camp avec une bière et une guitare sous le ciel étoilé ont été la cerise sur le gâteau de cette belle échappée.

Pour les personnes cherchant plus de glamour, Longitude 131 vous plonge dans l’outback australien, tout en vous offrant le meilleur du luxe. Les 15 tentes de luxe sont surélevées au-dessus du sable et vous aurez tous les services d’un cinq étoiles et même une piscine au milieu du désert.

ULURU

Uluru, également connu sous le nom d’Ayers Rock, est un monolithe rouge datant de 600 millions d’années et à l’origine se trouvait sur un fond marin. Il s’agit d’un des plus grands monolithes au monde, le deuxième après celui de Mt Augustus en Australie de l’Ouest. Uluru mesure 348 mètres de haut, il est plus haut que la Tour Eiffel et sa couleur rouge provient de sa forte teneur en oxyde de fer.

Une marche permettait jusqu’à récemment d’escalader Uluru, mais ce n’est plus le cas depuis Octobre 2019. Les aborigènes ont enfin obtenu gain de cause dans la reconnaissance du caractère sacré de ce site hors du commun. Personnellement, je ne l’ai pas escaladé, j’ai préféré respecter les croyances des aborigènes.

La façon la plus simple d’explorer le site est de marcher autour de la base d’Uluru. Nous sommes arrivés à Uluru en début d’après-midi et nous avons d’abord visité l’Uluru-Kata Tjuta Culture Centre avant de faire la randonnée d’Uluru Base Walk, un circuit de 10,6 km (3.5 heures de marche) qui fait le tour du rocher.

Nous avons ensuite repris la route pour le Uluru Sunset Lookout afin d’admirer le coucher du soleil sur le rocher d’Uluru.

Uluru au coucher de soleil

Si vous rêvez d’une expérience spirituelle dans l’outback, il n’y a pas de meilleur endroit où aller que l’Uluru-Kata Tjuta National Park. Contempler comment l’Uluru change de couleur au coucher du soleil est un pur instant de magie propre à l’outback australien. Et observer la magie opérer avec un verre de champagne, c’est encore mieux!

Le soir, Sounds of Silence propose un dîner sous les étoiles. On est assis en plein air à une table partagée avec une vue imprenable sur Uluru et après le dîner, un « conteur d’étoiles » vous fera découvrir la carte du ciel qui scintille au-dessus de vous. Si vous n’avez jamais vu les étoiles briller dans le désert, c’est un spectacle que vous n’oublierez jamais. Loin de la pollution lumineuse des villes, le ciel est d’une clarté exceptionnelle.

Le lendemain, petit déjeuner avant l’aube et nous nous arrêtons au spectaculaire point de vue du Dune Viewings Lookout qui offre un magnifique panorama sur les massifs de Kata Tjuta et sur le Rocher d’Uluru au loin.

Uluru passe d’une couleur pastel mate à une lueur éclatante dans un décor de cinéma. Rien n’est comparable au spectacle de ce monolithe rougeoyant. Si, les Monts Olgas juste à quelques dizaines de kilomètres qui lui volent la vedette à mon sens.

Série de photos d’Uluru prises au lever du soleil

Kata Tjuta ou Monts Olgas

Le site de Kata Tjuta, anciennement appelé les « Olgas » est un ensemble de 36 énormes rochers de grès de 600 à 1 000 mètres, dessinés par l’érosion au fil des millénaires et qui seraient âgés de 500 millions d’années.

Kata Tjuta signifie « plusieurs têtes » dans la langue des Anangu et le site naturel se trouve à environ 25 km d’Uluru. Les dômes s’étendent sur une zone d’environ 21 km, le Mont Olga étant le dôme le plus haut. Il tire son nom de la reine Olga Du Wurtemberg.

Il y a plusieurs marches à faire qui permettent de découvrir les couleurs et la beauté de ces formations rocheuses, et d’en apprendre plus sur leur histoire et leur importance pour les aborigènes.

Kata Tjuta au lever du soleil

Après le magique lever de soleil sur Uluru et les Olgas, on a attaqué directement le sentier de la boucle de la Valley of the Winds , qui est l’une des plus belles randonnées du parc mais aussi la plus éprouvante. Longue de 7,4 km, assez raide par endroits, elle serpente à travers des gorges et des rochers imposants jusqu’à une vallée recouverte d’herbe verte et tendre. Le sentier vous mènera jusqu’aux points d’observation de Karu et Karingana. Le Karu lookout est très surprenant et mon endroit préféré de cette randonnée. On arrive sur les hauteurs à travers ces dômes rouges et tout d’un coup une vallée verte s’étend en contrebas à nos pieds et on a l’impression qu’on est dans le film Jurassic Parc, on s’y attend voir un dinosaure voler! Le petit matin est sans doute le meilleur moment pour apercevoir la faune et j’ai eu la chance de voir des kangourous, à défaut des dinosaures 🦖 traverser la piste à quelques mètres devant moi.

Comptez environ 4 heures pour faire la boucle entière et surtout emportez beaucoup d’eau et des répulsifs pour les insectes pour le voyage.

Si vous ne vous sentez pas de faire la Vallée de vents, et je vous garantis que c’est magnifique, choisissez la randonnée Walpa Gorge Walk de 2,6 kilomètres, tout particulièrement spectaculaire l’après-midi lorsque les rayons du soleil inondent la gorge.

TIPS

Tout dépend de la période de l’année quand vous y allez, mais évitez l’été, pas seulement pour la chaleur. En effet, il y a des petites mouches qui rentrent partout, dans les yeux, la bouche, les oreilles, elles sont particulièrement virulentes! A Alice Springs ils vendent des filets fins qu’on met au-dessus des chapeaux pour ne pas être gênés, car ces bestioles sont pénibles ! Lorsque j’y suis allée au début de l’automne, il n’y en avait presque pas.

Découvrez la splendeur du Kings Canyon

On arrive maintenant quelque part entre Alice Springs et Uluru, à Kings Canyon ou le Grand Canyon australien, une formation de grès rouge millénaire qui domine d’épaisses forêts de palmiers. Les aborigènes Luritja, qui vivent dans le Watarrka National Park depuis plus de 20 000 ans, veillent sur plus de 600 espèces de plantes et d’animaux. Situé à environ 306 kilomètres d’Uluru, Kings Canyon est le parfait exemple de l’arrière-pays sauvage d’Australie.

Réveil à 3H30, petit déjeuner rapide et on grimpe dans la nuit étoilée jusqu’au sommet de Kings Canyon au lever du soleil. La Kings Canyon Rim Walk est une randonnée de trois à quatre heures sur 6,4 km très escarpés, mais quelle satisfaction d’arriver sur les crêtes et voir des falaises vertigineuses en grès, des crevasses où poussent des palmiers, le fond verdoyant de la vallée et le désert. Au fond de ce canyon haut de 270 mètres se cache une oasis tropicale avec des forêts de fougères luxuriantes.

La randonnée commence par une montée abrupte, puis suit le front de falaise du canyon avant de descendre vers le point d’eau du Jardin d’Eden et les dômes rocheux érodés de la Cité Perdue. Si vous regardez vers le bas en marchant, vous pourrez apercevoir sous vos pieds des fossiles marins dans la roche rose. Kings Canyon était sous les eaux pendant la préhistoire.

Si vous aimez pas la marche, vous pouvez aussi découvrir le paysage à dos de chameau, à bord d’un hélicoptère ou sur un quad. 

Tnorala

Pour finir en beauté ces 3 jours dans l’Outback, notre guide a pris la boucle Mereenie Loop et nous a laissé admirer Tnorala (Gosse Bluff), un cratère de comète de 20 kilomètres de diamètre. Les scientifiques pensent que le cratère daterait de 142,5 millions d’années et que la comète aurait mesuré 600 mètres. Le peuple aborigène Western Arrernte a une version plus romancée, il croit que le cratère s’est formé lorsque des femmes dansant sur la Voie lactée laissèrent tomber un bébé sur la Terre.

Un avis sur « Australie, échappée dans l’Outback et découverte d’Ayers Rock »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :